Visite « privilège » au CICRP

Visite privilège au Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine. CICRP, Marseille, Bouches du Rhône, France, le 23 mars 2016.
Visite privilège au Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine. CICRP, Marseille, Bouches du Rhône, France, le 23 mars 2016.

Dans le cadre de nos visites « privilèges » au sein d’Archeomed, nous avons eu l’occasion de visiter le CICRP. Une bien belle visite dans les locaux de l’ancienne manufacture des tabacs de Marseille adaptés à leurs nouvelles fonctions dans les domaines des patrimoines.

La messe des truffes de Richerenches.

Messe de la Saint Antoine, dite messe des truffes. Richerenches, Vaucluse, France, 18 janvier 2015. (Photographer: Xavier Delaporte/Xavier Delaporte)
Messe de la Saint Antoine, dite messe des truffes. Richerenches, Vaucluse, France, 18 janvier 2015.

Richerenches, la messe de la Saint Antoine pour sauver l’église Saint Denis.

Chaque troisième dimanche de janvier, en plein coeur de la saison des truffes, se déroule une messe aux allures bien particulières.
Il y a comme ça des produits qui agitent les foules sans que l'on puisse vraiment savoir pourquoi. La truffe de Provence est de celle-ci. Récoltée des premières gelées de novembre aux derniers jours de février, la Tuber Melanosporum s'échange le plus souvent sur des marchés spécialisés selon des codes et usages bien établis.En Provence, le marché aux truffes de Carpentras, sert de référence pour le négoce de la truffe noire de Provence dont les prix peuvent s'envoler selon les récoltes, entre janvier et février, la meilleure période pour la mélanosporum.

1er marché au truffes de Carpentras, de la saison 2006-2007. Bénédiction des truffes et des truffiers devant la cathédrale Saint Siffrein. Carpentras, Vaucluse, France, novembre 2006. Photo Xavier Delaporte. (Xavier Delaporte)
1er marché au truffes de Carpentras, de la saison 2006-2007. Bénédiction des truffes et des truffiers devant la cathédrale Saint Siffrein. Carpentras, Vaucluse, France, novembre 2006.
Dans ce contexte, en 1952, le curé de Richerenches, Henri Michel-Reyne,cherche un moyen de remettre en état l'intérieur de l'église templière, Saint Denis, qui est proche du délabrement à cette époque. Richerenches, village de l'enclave des Papes, est au coeur du terroir du diamant noir, et la solution, non sans difficultés, sera pour le curé Michel-Reyne, la messe de la Saint Antoine.
Messe des truffes à Richerenches (84). (Xavier Delaporte)
Messe des truffes à Richerenches (84).
Une messe où la quête recueille des truffes noires de Provence, exclusivement. Ces truffes seront vendues à la criée dès la sortie de la messe sur la place de l'Hôtel de ville au bénéfice de la restauration du monument.
Messe des truffes à Richerenches (84). (Xavier Delaporte)
Vente des truffes à la criée à Richerenches (84).
Aujourd'hui, l'église est restaurée mais la tradition perdure. En 1982, sera créée la confrérie du Diamant Noir et de la Gastronomie, dont les membres assistent à la messe en costume d'apparat depuis 1986. Depuis que la presse s'est emparé de cet évènement, chaque année, la foule se bat pour avoir une place dans l'église mais beaucoup assisteront à la messe de Saint Antoine Le Grand, patron des trufficulteurs, sur le parvis de l'église templière de Richerenches.

Les Mille Miglia

Un petit aller-retour sur les Mille Miglia, une course mythique d’endurance sur route à la belle époque. On y voit aujourd’hui de magnifiques véhicules et l’on y croise des personnalités du monde de l’automobile.

Mais il semblerait que les français n’y soient pas présent. Dommage.

Mille Miglia 2015 au Parc Ducale. Parme, Emilie-Romagne, Italie, le 17 mai 2015. (Xavier Delaporte)
Mille Miglia 2015 au Parc Ducale. Parme, Emilie-Romagne, Italie, le 17 mai 2015. (Xavier Delaporte)

Course contre la montre. Reportages photo

La Jaguar F-Type Project 7, une série limitée de 250 exemplaires dans le monde. Festival Automobile International 2015. Hôtel des Invalides, Paris, Île de France, France, 28 janvier 2015. (Xavier Delaporte)
La Jaguar F-Type Project 7, une série limitée de 250 exemplaires dans le monde. Festival Automobile International 2015. Hôtel des Invalides, Paris, Île de France, France, 28 janvier 2015. (Xavier Delaporte)

Parfois la semaine commence bien. Un planning bien rempli, avec des rendez vous calés au quart de poil et puis  d’un seul coup tout déraille. Un reportage de l’autre côté de la France qui ne peut se faire, donc du temps qui se libère. Alors pourquoi pas accepter une nouvelle commande ?

Ben oui, nous ne sommes pas contre, il faut prendre le travail quand il se présente n’est-ce pas ? Mais, qui dit travail, dit préparation.  Ce qui implique du temps pour se documenter, présenter et argumenter sur l’objet du reportage. Mon interlocuteur est censé avoir été averti de ma venue et être au courant du sujet. Pas besoin de s’appesantir sur les explications, on peut gagner de ce temps si précieux. Et là, patatra, ce qui n’était qu’un manque de préparation peut se terminer en catastrophe.

Manque de repérages, incompréhension du pourquoi d’une grande disponibilité du sujet principal (comment ça, c’est pas clic clac Kodak ? Euh non, pas vraiment.) et l’occasion d’une belle rencontre se termine en une poussée d’adrénaline peu propice au calme et à la sérénité nécessaire à la réalisation d’une belle série d’images qu’attend, avec impatience, notre client.

En conclusion, si il y a bien une étape que l’on ne peut en aucun cas se permettre de bâcler, c’est la préparation.

Donc en résumé, ne jamais oublier :

Où vas-t-on ?,

Qui voit-on ?

De quoi parle-t-on ?

Quand en parlons nous ?

Pourquoi en parle-t-on ?

En attendant, bons reportages.

Xavier D

La Route Nationale 7

Musée Mémoire de la Nationale 7. Piolenc, Vaucluse, France, juin 2014. (Xavier Delaporte)
Reliant Paris à Menton et la frontière italienne, la Nationale 7 restera pour quelques temps encore le symbole des vacances vers le sud de la France.

Au tout début, une voie royale faite de chemins en terre ou pavés qui conduisait nos pèlerins vers Rome et la papauté. 
Bien des années plus tard, à son apogée, dans les années cinquante, la Nationale 7 traversera de très nombreuses villes et villages aux rues devenues bien étroites. La route du soleil prendra au piège l'automobiliste, obnubilé par la crainte d'une panne sous l'astre brûlant de l'été, dans des bouchons interminables retardant d'autant l'arrivée prévue sur la Côte. Mais qu'il se rassure, toute une économie est en place pour bichonner le voyageur malchanceux, des garages innombrables aux enseignes les plus diverses, pour l'automobile, les premiers motels comme sur la cousine américaine, la 66, pour le repos du corps et quelques estaminets pour le bien de l'esprit.
En mémoire de cette époque, quelques uns de ces bouchons sont reconstitués chaque année le temps d'une journée par quelques fans de la voiture ancienne.
Qui dit voie royale, dit relais de poste, le cheval ne pouvant guère faire plus de 7 lieux dans un état de fraicheur acceptable. L'arrivée de l'automobile transformera ces haltes animales en relais routiers voir en haltes gastronomiques. 
De Saulieu à Monaco, du regretté Bernard Loiseau à Alain Ducasse en passant par les frères Troisgros, 
la mère Brazier, Paul Bocuse ou la famille Pic à Valence, le long ruban d'asphalte est un véritable parcours initiatique pour les adeptes du guide Michelin.

Sur le tracé de l'ancienne nationale 7, une publicité peinte presque effacée par le temps pour le nougat Vieille France de Montélimar. Lapalud, Vaucluse, France, juin 2014. (Xavier Delaporte)

Aujourd'hui, déclassée en départementale sur plus de la moitié de son parcours, le souvenir de la Nationale 7 s'efface doucement tout comme les nombreuses publicités peintes, pour les lubrifiants, les carburants ou plus étonnants encore des balais, qui ornaient les pignons des maisons les mieux placées sur la route des vacances.
 Ne reste dans l'histoire populaire, que des chansons, Charles Trenet entre autres, des films, des romans, des bandes dessinées ou le jeu des "mille bornes" faisant référence à la longueur du tracé de la N7, pour entretenir la mémoire d'une aventure moderne vers les plages de la méditerranée. Il fallait juste ne pas oublier de l'emprunter dans l'autre sens quand l'heure de la rentrée avait sonné.

Place Maïdan.

La place de l'indépendance dite Place Maïdan. Kiev, Ukraine, mai 2004. Photo Xavier Delaporte. (Xavier Delaporte)

Combats de rues sur la place Maïdan.

Qu’il est difficile d’imaginer sur cette place tranquille les combats, je crois que l’on peut les appeler comme cela, qui s’y déroulent aujourd’hui.

Aux portes de l’Europe, dont l’engagement premier est de maintenir la paix entre les peuples, se déroulent des combats de rues à balles réelles entre, en gros, pro Européens et pro Russes, avec bien sûr quelques factions indépendantistes aux revendications légèrement plus floues. Des hommes vivants sous la même bannière s’entretuent pour maintenir ou défaire un homme au pouvoir. Cet homme n’est rien, il n’est que le représentant de deux mondes qui s’affrontent comme au plus beau temps de la guerre froide.  Peut être que finalement, cette opposition Est-Ouest n’a-t-elle jamais cessé d’exister et renaît de ses cendres à Kiev. Ce mur qui séparait deux blocs qui gouvernaient le monde et qui est tombé en 1989 reprend vie autour d’un fleuve le Dniepr qui court du Nord au Sud de l’Ukraine et marque la séparation des blocs Occidentaux  et Orientaux. C’est très certainement un raccourci et l’histoire de l’Ukraine, de sa construction à aujourd’hui, est une affaire compliquée et mouvementée mais la volonté de réaction rapide de la Communauté Européenne et la crainte d’une action du Président russe Vladimir Poutine dès la fin des jeux olympiques de Sotchi prouve que les vrais enjeux sont ailleurs. Entre Moscou et Bruxelles, et pas si loin de Washington.

Que peut proposer Bruxelles pour l’avenir du pays ?

Hormis quelques négociations pour faire cesser les combats, ce qui je le reconnais est urgent et indispensable, que peut on proposer à l’Ukraine ? Sa situation économique est telle qu’une intégration à l’espace européen n’est pas envisageable avant de très longues années.  Un accord de coopération ? L’économie du pays est en quasi totalité dépendante de la Russie notamment pour le gaz avec des contrats qui ne permettent pas vraiment la mise en concurrence des approvisionnements.

Quelle solution reste-t-il ?

Si une réelle volonté de Bruxelles de proposer son aide à l’Ukraine après la crise, existe encore, ce chantier sera à l’image du processus de la réunification allemande avec tous les efforts qui ont été consentis pour sa réalisation. Hors, il ne s’agît pas ici de réunir deux parties d’une même nation, mais de sortir de l’ornière un pays dans lequel il se trouve pour le faire enfin accéder à une véritable indépendance économique, condition sine qua none d’un accès à une vraie démocratie si celle-ci existe encore. L’exemple de la vaine tentative de résolution de la crise Grecque ne laisse rien augurer de bon pour l’Ukraine dans une quelconque proposition de la part de l’Union Européenne. Sauf si, une position géostratégique ou les intérêts en jeux en valent la peine, et dans ce cas tout est possible.

Salut Jean François …

Bruno Saby et Jean François Fauchille sur une Fiat 500 Abarth
Bruno Saby et Jean François Fauchille sur une Fiat 500 Abarth de 1969. Lachamp Raphaël, Ardèche, France, février 2008.

Jean François Fauchille vient de nous quitter. Ce fût un grand monsieur du rallye avec un sacré palmarès en championnat de France mais aussi au championnat de monde des Rallyes. Co-pilote de nombreuses figures du sport automobile sur route. Bruno Saby en autres, Guy Fréquelin, Christian Dorche, Bernard Béguin, mais aussi Carlos Reutemann. Nos routes se sont croisées plusieurs fois au siècle dernier et je tenais à lui rendre ici l’ultime hommage d’un petit jeune à l’époque qui admirait son professionnalisme. Salutations distingués.

Xavier Delaporte.

Nous nous sommes re-croisés une dernière fois en cette année 2008 et c’est avec cette dernière image que je souhaitais vous rendre hommage.

Salut Monsieur Fauchille.